Gil Beucher​

Cabinet fermé jusqu'à nouvel ordre

Consultations à domicile exclusivement

Thérapeute psycho-corporel, bio-énergéticien

et aromathérapeute certifié (FFA)


Analyse psycho-organique :

défaire les blocages intimes

et libérer l'énergie vitale

L'analyse psycho-organique (APO) est une psychothérapie qui travaille avec l'inconscient, tant dans sa dimension psychique que corporelle. Créée par Paul Boyesen au début des années 80, elle s'inspire fondamentalement de la démarche psychanalytique classique telle qu'elle a été formulée par Sigmund Freud. Mais elle intègre également la vision psychologique plus large proposée par Carl Jung, puis « intégrée dans le corps » par Wilhelm Reich, que l'on désigne parfois comme le père de la psychosomatique.

A la croisée des chemins de la psychanalyse et des thérapies psychocorporelles, l’analyse psycho-organique est une méthode qui se veut complète. Tantôt, elle se met à l’écoute de l’inconscient du patient, tantôt à celle de son vécu organique.

Sa spécificité repose en effet sur le fait qu’elle travaille à la fois sur l’expression de la sensation et sur celle du sentiment et du sens. Son objectif est d'accompagner l’individu vers une appropriation simultanée de son corps, de sa psyché et de son esprit.

Pour y parvenir, trois axes d’intervention sont privilégiés :

1) La verbalisation – par le biais d’entretiens menés en face à face avec le thérapeute ou allongé sur un divan – pour que le patient exprime ses sentiments, ses affects et ses émotions.

2) La prise de conscience du corps et de l’énergie qui y circule – grâce à la respiration, à la relaxation, à des mouvements, voire à des massages – pour qu’il renoue avec ses sensations et son "identité organique", son unité intérieure.

3) L’investigation psychanalytique – utilisation des matériaux de l’inconscient et interprétation des symboles, images, rêves, etc. – pour que l’individu puisse aussi avoir accès à la signification et aux origines de ses difficultés.

L’analyse psycho-organique repose donc sur des concepts qui lient le psychique et l’organique dans une chaîne dynamique de processus distincts mais interactifs. Elle suppose une organisation sur trois niveaux : l’organique profond, les connexions organiques et le concept. L’organique profond correspond à l’organisation émotionnelle comprenant le cerveau limbique et ses liens avec le système neurovégétatif. Les connexions organiques représentent les défenses musculaires et les postures corporelles ; enfin le concept est lié au système nerveux central qui permet la conscience et la mise en mots des affects profonds. Ces trois niveaux forment un système, c’est-à-dire qu’aucun n’est premier, aucun n’est cause ou conséquence de l’autre. Dès que l’un est activé, les autres sont sollicités. On peut ainsi travailler en partant de n’importe lequel d’entre eux. Mais ce choix n’est pas aléatoire.

Le thérapeute sera guidé par l’organisation psychique de son client, conduisant à une direction de travail singulière pour chaque personne.

L'analyse psycho-organique permet donc

de concevoir l'individu dans son entièreté

et apparaît comme une méthode globale et efficace.

L’analyse psycho-organique se présente comme un outil d'accompagnement dans un processus de résolution de conflits intérieurs, que ce soit pour les individus ou les couples. Comme toute psychothérapie, elle s’adresse autant aux personnes qui veulent régler un problème spécifique qu’à celles qui désirent manifester plus pleinement leur potentiel.

Elle se propose de rendre la personne plus consciente de ses réalités psychologiques et notamment des forces négatives qui l’habitent ou qu’elle projette sur les autres.

Aucune étude portant sur l’efficacité de l'analyse psycho-organique n’a été publiée dans des revues scientifiques.

Aujourd'hui, l'analyse psycho-organique se présente

comme une approche se fondant sur 4 dimensions principales :

  • Psychanalytique. Ce qui comprend les phénomènes en jeu dans la relation thérapeutique (transfert, projections, etc.) et la nécessité de faire remonter à la conscience les situations inconscientes.
  • Psycho-énergétique. Les manifestations corporelles de type énergétique sont toujours prises en compte, même si le corps n'est pas au centre du processus.
  • Humaniste. La qualité de la relation doit permettre au patient d'abandonner son système défensif et d'exprimer son identité propre.
  • « Sensologique ». Ce concept propre à l'analyse psycho-organique renvoit à la profonde connexion entre le sens que l'on donne à sa vie et la manière dont on la ressent.

Parmi les approches « néo-reichiennes », l'analyse psycho-organique est peut-être celle qui unit le plus intimement le travail corporel et les approches psychanalytiques classiques. Paul Boyesen parle d’une « approche analytique dans un travail psychocorporel ». Selon le site de l'École Française d'Analyse Psycho-Organique (EFAPO), l'analyse psycho-organique permettrait, par une approche en finesse de l'inconscient, de voir comment se font blocages ou distorsions névrotiques. Et on pourrait, en plus, libérer une énergie - à laquelle on accéderait par le corps, les images ou les mots – permettant d’établir une bonne circulation entre le conscient et l’inconscient.

Comment choisir

son th​érapeute ?

Le terme "psy" désigne différents professionnels ayant des formations et des approches assez différentes.

- Les psychiatres sont des médecins.

Ils sont formés pour poser un diagnostic, prescrire des médicaments et sont remboursés par la sécurité sociale.

- Les psychologues sont des universitaires titulaires d'un bac+5 en psychologie.

Ils sont formés à la recherche, aux techniques d'entretiens et à l'évaluation du comportement humain.

- Les praticiens en psychothérapie et les psychanalystes peuvent venir de secteurs professionnels variés

(social, médical, enseignement, communication, arts...) et ont suivi une formation spécifique en psychothérapie (ou en psychanalyse). Certains psychiatres et psychologues font cette démarche, mais ils ne sont pas majoritaires.

Comment la psychothérapie

est-elle encadrée en France ?

A l'heure actuelle, en France, la loi ignore la spécificité de la psychothérapie. Elle considère que les psychiatres et les psychologues sont psychothérapeutes de par leur formation initiale, et ne garantit pas qu'ils aient été formés à une méthode de psychothérapie.

La pratique de la psychothérapie reste libre. Il existe de nombreuses méthodes enseignées dans des établissements privés. Les principales organisations de professionnels se sont fédérées au niveau européen pour mettre en place des critères de formations rigoureux et un suivi des parcours professionnel.

Un psy certifié par une fédération professionnelle de psychothérapie telle que la FF2P (qu'il soit praticien, psychanalyste, médecin psychiatre ou psychologue) doit remplir les critères essentiels suivants :

- il a suivi une psychothérapie personnelle approfondie.

- il est formé dans une méthode spécifique de psychothérapie, avec un cursus minimum de 4 ans.

- il respecte un code de déontologie, est supervisé par un thérapeute plus expérimenté et poursuit une formation continue.

Alors, à qui s'adresser ?

Tout dépend de vos attentes :

Si vous voulez savoir "ce que vous avez", si vous attendez un diagnostic, un traitement, un bilan, des conseils... adressez-vous à un psychiatre ou à un psychologue.

Si vous voulez savoir "qui vous êtes" et entreprendre "un travail sur vous" pour découvrir vos ressources intérieures... tournez-vous vers un professionnel formé à la psychothérapie et ayant lui-même fait une démarche personnelle de connaissance de soi.

Lors du premier rendez-vous...

Le psy que vous consultez devrait:

- répondre aux questions concernant sa formation et sa méthode;

- fixer un cadre clair, notamment le prix

- respecter un code de déontologie, la base étant le secret professionnel.

Le plus important est... de vous sentir en confiance avec lui (ou elle). C'est essentiel pour vous sentir en sécurité, vous ouvrir à l'autre et cheminer vers vous-même. Si vous hésitez ou sentez des réticences, essayez d'en parler au psy et voyez sa réaction.

S'il accueille vos doutes, la confiance pourra probablement s'instaurer. S'il cherche à vous culpabiliser ou vous inquiéter, pourquoi ne pas aller en rencontrer un autre...